Arosta - Campagne et Gourmandises

Arosta

Egun On - Bonjour !

En pleine campagne mais à Biarritz, AROSTA est niché dans une ancienne ferme du XVIIème siècle typiquement basque.

Venez profiter d'un lieu d'exception avec une vue à couper le souffle sur la chaine des Pyrénées et déguster une cuisine simple, traditionnelle faisant la part belle aux produits frais du terroire.

AROSTA c'est un restaurant offrant une cuisine traditionnelle typiquement du Sud Ouest et du Pays Basque, un bar/terrasse où se poser en prenant un verre, une terrasse de restaurant face aux Pyrénées, une salle intérieure agrémentée d'une cheminée pour les dîners d'hiver.

AROSTA dispose aussi d'une salle de réunion (max. seize personnes) équipée (WiFi, rétroprojecteur, paperboard).

Découvrez notre film de présentation en cliquant ici.

Dans les pages/écran du site, découvrez notre carte, nos menus pour le déjeuner, nos partenaires et fournisseurs etc...

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir nos offres et être tenu au courant de nos évenements. Vous pouvez aussi "aimer" notre page Facebook et donner votre avis et rédiger une critique sur TripAdvisor.

Bonne lecture et à très bientôt autour de notre table.

Fermé lundi et Mardi hors été, mais ouvert le dimanche soir !
Ouvert tous les jours en Juillet et Août.

Nous servons : 
Déjeuner à partir de 12h, dernière commande 14h.
Dîner à partir de 19h30, dernière commande 21h30.
En Juillet, Août et Septembre
Déjeuner à partir de 12h, dernière commande 14h30.
Dîner à partir de 19h30, dernière commande 22h.

AROSTA ?

Arosta ne veut rien dire de particulier en Basque. C'est la nouvelle forme que nous avons donné au nom Harausta ancien nom du quartier de La Négrasse (Gare de Biarritz).

D'après "Les Noms de Lieux de la Paroisse de Biarritz" de Hector IGLESIAS :

« Harausta », « Haraüsta », « Harrausta », « Heustarre », « Eguastarre »
Il existait également d'autres quartiers ou plutôt « sous-quartiers » tels que celui connu sous le nom de « Harausta », « Haraüsta » ou « Harrausta », c'est-à-dire l'actuel « quartier de La Négresse ». D'après Joseph Laborde, « en 1705, une portion du quartier de Haut s’appelait déjà quartier de Harausta ; en 1813, on le désigna sous le nom de quartier de la Négresse, surnom que les soldats avaient donné à une femme très brune qui y tenait auberge (Note de P. Thomas Ducourau). ». « La Négresse » est en effet le surnom que les soldats napoléoniens donnèrent à une femme très brune qui tenait une auberge dans ce quartier. Ce sobriquet concurrença dans un premier temps le toponyme historique, ce que prouve le recensement de la population de 1851 où il est fait mention du « hameau de harausta dit La Négresse », finissant parle supplanter au début du XXe siècle.

ALAN SEEGER ? (souce Wikipedia)

Alan Seeger est un poète américain qui passa les dernières années de sa vie en France. Né à New York le 22 juin 1888 et mort le 4 juillet 1916 (à 28 ans) à Belloy-en-Santerre.

Fils d'un homme d'affaires, Alan Seeger vécut sa prime enfance dans la maison familiale sur l'île de Staten en face de la statue de la Liberté. À l'âge de douze ans, il partit vivre à Mexico avec ses parents.

En 1902, il retourna aux États-Unis afin de poursuivre ses études. En 1906, il réussit entrer à Harvard et en sortit diplômé en 1910. Tourné vers la littérature, l'histoire médiévale et le sport, il résida encore deux ans à New York puis partit pour Paris, en 1912.

Il s'éprit de cette ville et y rédigea des articles pour Le Mercure de France et divers journaux américains où européens ainsi que des poèmes. Il séjourna à Londres du printemps au début de l'été 1914.

Au début de la Première Guerre mondiale, en 1914, il défila en brandissant le drapeau étoilé à la tête des Américains de Paris qui avaient décidé de se battre aux côtés du pays qui les avait accueillis.

Le légionnaire Alan Seeger
Il s'engagea, par amour de la France, le 24 août dans la Légion étrangère, au 2e régiment de marche du 2e étranger à Toulouse, régiment créé pour recevoir des engagés "différents". Il servit à la 1re section, bataillon C, 11e compagnie commandée par le capitaine Tschaner.

Le 4 octobre 1914, il combattit à la Bataille de la Marne, dans les Marais de Saint-Gond puis du 27 octobre 1914 au 17 juin 1915 au Chemin des Dames. Il combattit ensuite en Haute-Saône et de nouveau en Champagne.

Tombé malade, il fut hospitalisé à Paris et Biarritz de février à avril 1916 puis rejoignit le front.

En juillet 1916, le Régiment de marche de la Légion étrangère fut engagé dans la Somme pour soulager le front de Verdun. Le légionnaire Alan Seeger fut tué au combat devant Belloy-en-Santerre, le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine. Porté disparu, ses restes furent vraisemblablement inhumés dans l'ossuaire numéro 2 de la nécropole nationale française de Lihons (Somme).

Alan Seeger a été décoré à titre posthume de la Médaille militaire ainsi que de la Croix de guerre 1914-1918 avec palme.
Citation à l'ordre du jour de la Division du Maroc, 25 décembre 1916 :
« Jeune légionnaire, enthousiaste et énergique, aimant passionnément la France. Engagé volontaire au début des hostilités, a fait preuve au cours de la campagne d'un entrain et d'un courage admirables.--- Glorieusement tombé le 4 juillet 1916. »

A Belloy-en-Santerre, la place du village porte le nom d'Alan Seeger et une plaque commémorative a été apposée sur le mur de la mairie en son honneur.
À Biarritz, une avenue porte le nom d'Alan Seeger (celle du restaurant).
A Paris, place des États-Unis, une statue d'Alan Seeger a été érigée sur le monument dédié aux volontaires américains de la Grande Guerre.
Le collège de Vailly-sur-Aisne (Aisne) porte le nom d'Alan Seeger.